FORMATIONS

RECHERCHE

JIR_cohort_edited.jpg
examen_articulaire_edited.jpg

CLINIQUE

 

UNITÉ ROMANDE D'IMMUNOLOGIE ET RHUMATOLOGIE PÉDIATRIQUE (URIRP)

La Fondation RES collabore étroitement et soutien l'équipe médicale de l'URIRP

Equipe et réseau


L'activité clinique de notre Unité romande d’immuno-rhumatologie pédiatrique (URIRP) est centrée principalement sur la prise en charge des problèmes rhumatologiques et immunitaires chez l’enfant et l’adolescent. La spécificité de notre unité est d’être un réseau romand présent à Lausanne (au CHUV), à Genève (aux HUG), à Sion (à l’Hôpital du Valais), à Neuchâtel (à l’Hôpital de Pourtalès) et à Rennaz (Hôpital Riviera-Chablais). Nous proposons des consultations en ambulatoire et suivons les patients qui doivent être hospitalisés. Nous collaborons également avec la Ligue genevoise contre le rhumatisme qui offre écoute et conseils et dispense une éducation thérapeutique à nos patients et à leurs proches. Notre équipe pluridisciplinaire formée de 10 collaborateurs permet de proposer une prise en charge multidisciplinaire adaptée aux besoins de chaque patient.e.

Maladies traitées

Les maladies rhumatismales chez l’enfant comprennent des pathologies inflammatoires (arthrite juvénile, maladies auto-immunes et auto-inflammatoires) et non-inflammatoires (douleurs chroniques dans les membres. Il s’agit principalement de maladies rares ou orphelines avec un décours chronique sur de nombreuses années. La prise en charge de ces maladies a toutefois connu des progrès importants sur les dernières décennies avec comme conséquence une amélioration significative du contrôle de la maladie inflammatoire ainsi que du pronostic. Cependant, ces pathologies ont un impact majeur sur la qualité de vie du jeune patient et de son entourage et peuvent perturber le cursus scolaire et de formation professionnelle, avec des conséquences à l’âge adulte sur l’insertion professionnelle.

Les maladies les plus fréquentes sont : 

  • L’arthrite - inflammation articulaire d’une zone du corps qui se présente typiquement sous la forme de douleurs, de gonflements et d'une mobilité réduite (arthrite juvénile idiopathique, spondylarthopathie, arthrite post infectieuse).

  • Les connectivites - inflammation auto-immune d'un ou de plusieurs organes dues à une production démesurée d'anticorps dirigés contre des éléments du corps humain (lupus, dermatomyosite, connectivite mixte, sclérodermie) - et vasculites – atteinte inflammatoire des vaisseaux (Behçet, purpura rhumatoïde, Kawasaki, périartérite noueuse, …).

  • Les maladies auto-inflammatoires - maladies fébriles rares dues à une anomalie génétique (FMF, CAPS, TRAPS, HIDS, DADA2, interféronopathies, …) ou d’origine polygénique (PFAPA, maladie de Still, CRMO, …).

  • Les rhumatismes non inflammatoires.

> En savoir plus sur ces maladies 


Diagnostic et traitements

Le diagnostic des maladies rhumatismales chez l’enfant peut être difficile à poser en raison de la variété des signes d’alertes qui sont en général non-spécifiques (douleurs, fièvre, fatigue, malaise, tâches cutanées…). En fonction du type de rhumatisme, le début de la maladie peut apparaître brutalement ou prendre des années. Pour poser le diagnostic, un examen clinique complet est nécessaire et une prise de sang et d’urine est généralement effectuée. Selon le type d’atteinte, des examens d’imagerie pourront être nécessaires, en particulier l’ultrason articulaire. Comme les rhumatismes peuvent être fréquemment associés à une inflammation de l’œil (uvéite), un examen ophtalmologique répété peut être nécessaire.

Le traitement de base pour soulager des rhumatismes inflammatoires est la prise d’anti-inflammatoires pour contrôler l’inflammation articulaire ainsi que la cortisone en injection dans les articulations, en collyres ophtalmiques ou par voie générale selon le type d’atteinte.

Lorsque ceux-ci ne sont pas efficaces ou en cas d’utilisation prolongée de cortisone, on essaie de limiter la réponse immunitaire par :

  • La prise d’immunosuppresseurs permettant de limiter l’hyperactivité du système immunitaire

  • La prise de médicaments biologiques ou biothérapies (médicaments ciblant spécifiquement certaines molécules : en bloquant la molécule ou la cellule impliquée dans la réponse immune, ces médicaments diminuent l’activation inflammatoire chronique de la maladie, mais interfèrent également avec les processus immuns physiologiques)

De la physiothérapie et de l’ergothérapie sont également prescrits pour améliorer la mobilité articulaire, ainsi que pour renforcer la musculature chez les patients en phase aiguë de la maladie.

Transition avec le Service de rhumatologie adulte

En collaboration avec notre unité, le Service de rhumatologie a mis sur pied des consultations de transition destinées à préparer les jeunes atteints de maladies inflammatoires rhumatismales chroniques à la gestion autonome de leur maladie, en plusieurs étapes.

Ces consultations communes permettent aux jeunes et à leurs parents de rencontrer la nouvelle équipe soignante qui s’occupera du patient quand il sera adulte. Elles permettent aux médecins rhumatologues adultes de les connaître personnellement ainsi que leur famille et leur histoire médicale. Des liens de confiance sont ainsi progressivement établis avec la nouvelle équipe facilitant le suivi à l’âge adulte.

 

©2020 par Fondation RES. Créé avec Wix.com